La sœur la plus aînée

La première fois que je suis tombé fou
j’allais sur mes vingt-et-un ans
c’était peut-être une semaine ou deux avant mon anniversaire
À vingt-et-un an, l’une de mes sœurs aînées avait connu la mort
(J’avais moi quinze ans alors)
Elle était marxiste et m’éduquait pas mal
Docs coquées , jean troué, jamais de lunettes
malgré de n’y voir pas grand chose
J’ai des souvenirs heureux
d’elle qui me raconte des trucs
assis au bord d’une route ou de la piscine municipale
sur l’économie japonaise ou son premier baiser
(elle avait trouvé ça dégueulasse)
ça commence à être un peu lointain
Elle tenait tête à mon père aussi
faisait sciences-po à Lyon
et tous un peu elle les tenait
Son amoureux était un beau jeune homme
Au regard merveilleux
Il est mort d’un cancer bien plus tard
Ma famille et moi probablement sommes maudits
et on emporte avec nous les meilleurs qu’on peut voir
il y a quelque chose
qu’on ne sait plus dénouer
Mais ce n’est pas le lieu ici de pouvoir en parler

Ma sœur

Et à vingt-et-un an, mes parents s’étaient mariés
ma mère déjà enceinte de ma sœur la plus aînée.
C’était une date pour moi
un âge

Précédent :
1 – Poème #1

Suivant:
3 – À l’amitié

Publicités
Cet article a été publié dans [non classé]. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La sœur la plus aînée

  1. Ping : Poème #1 | quiqueliques

  2. Ping : À l’amitié | quiqueliques

Les commentaires sont fermés.